Stress et acouphènes

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La notion de Stress regroupe, en biologie, l’ensemble des réponses d’un organisme soumis à différentes situations et contraintes environnementales. Il s’agit d’une séquence complexe d’évènements provoquant diverses réponses physiologiques et psychosomatiques chez l’Homme.

S’il est une réaction d’alarme nécessaire mobilisant toutes les défenses de l’organisme et permettant de s’adapter à des facteurs stressant, le stress, prolongé ou trop intense, conduit à un stade d’épuisement, outrepassant les capacités d’adaptation de l’organisme et favorable à l’installation ou à l’entretien de pathologies diverses et notamment les acouphènes.

Le stress peut donc être à la fois la cause de nombreuses pathologies et en exacerber d’autres, y compris les acouphènes ou bourdonnements dans les oreilles.

Il est intéressant de s’attarder sur la relation entre le stress et les acouphènes. En effet, selon de nombreuses observations cliniques, certains patients rapportent que l’intensité de leur acouphène augmente lorsqu’ils sont tendus.

Corrélation entre stress et acouphènes

Plusieurs études cliniques ont cherché à objectiver un lien entre stress et acouphènes.

La première (Schmitt et al., 2000) a rapporté que des patients hospitalisés pour perte auditive soudaine et acouphènes avaient des scores plus élevés à des questionnaires évaluant le nombre et le degré de sévérité d’événements stressants, comparativement à un groupe contrôle clinique comparable. Une deuxième étude (Weber et al., 2002) a révélé que le stress perçu et le dérangement causé par l’acouphène, de même que la TNF-a, paramètre immunologique relié au stress, avait diminué après un programme de relaxation de dix semaines, en comparaison avec un groupe contrôle sans acouphène et un groupe contrôle avec acouphènes ayant été mis sur une liste d’attente. Ces études suggèrent donc, avec les observations cliniques, que le niveau de stress peut moduler l’intensité de l’acouphène, voire même déclencher son apparition.



Une hormone spécifiquement reliée au stress, le cortisol, a permis d’étudier la relation entre le stress et les acouphènes de façon objective. Le cortisol est sécrété par l’axe endocrinien hypothalamo-hypophysosurrénalien (l’axe HPA), participant à la réaction au stress. Une anomalie de cet axe HPA joue un rôle notamment dans de nombreux troubles de l’humeur.

Une première étude (Hébert et al., 2004) a comparé les niveaux de cortisol sur plusieurs semaines, entre un groupe contrôle (sans acouphènes) et des patients acouphéniques. De manière générale, les participants avec acouphènes avaient des niveaux plus élevés de cortisol sur une base chronique. Ce résultat suggère que les sujets acouphéniques sont donc exposés à un stress chronique se traduisant par des niveaux de cortisol plus élevés que les autres. Il concorde également avec certaines études qui ont démontré un lien entre le stress, le niveau de certaines hormones et l’exacerbation des symptômes dans de nombreuses pathologies chroniques, dont les acouphènes.

D’autres études ont étudié l’influence des acouphènes sur certaines zones cérébrales impliqués dans les manifestations du stress et de l’anxiété, suggérant une stimulation des ces zones et l’apparition de nombreux troubles de l’humeur. (De Ridder et al., 2011)

Quoiqu’il en soit, ces études démontrent un lien entre le stress et les acouphènes. Par contre, il n’a pu être démontré que cette relation est directe, en ce sens que l’intensité de l’acouphène n’a pas changé de façon synchrone avec le niveau de stress lors d’un stress aigu.

Une des questions les plus difficiles à laquelle il n’a pas été apporté de réponse est de savoir si l’acouphène crée la dépression et le stress, ou bien si la dépression et le stress sont des facteurs prédisposant à l’acouphène.

L’approche traditionnelle est que l’acouphène, un son continu sur lequel l’individu n’a aucun contrôle, agit comme un stresseur chronique sur l’organisme. En effet, la définition de stresseur est une situation imprévue, imprévisible et sur laquelle l’individu n’a aucun contrôle. Même si la première possibilité semble la plus logique (l’acouphène crée un état de dépression et de stress), certaines études suggèrent que la seconde possibilité demeure envisageable.

En effet, plus récemment, des recherches très intéressantes ont mis en évidence que l’état émotionnel et notamment le stress, pourrait influencer directement, via des voies neurologiques et hormonales, le système auditif. Les acouphènes pourraient donc être entretenus, modifiés par le stress ? Des sujets plus stressés sont ils plus vulnérables aux acouphènes ? Ces premiers résultats ouvrent tout de même de nouvelles voies dans la compréhension et la recherche sur les acouphènes et leur prise en charge. (Mazurek et al., 2012)

Un cercle vicieux : quelles perspectives ?

De nombreuses personnes souffrent des acouphènes et supportent cette maladie quotidiennement, exposées ainsi à des niveaux de stress plus élevés. L’acouphène devient alors bien pire. Bien sûr, les causes des acouphènes sont nombreuses, mais les stress et l’anxiété, comme nous l’avons vu, peuvent intensifier les effets de ces bourdonnements ou sifflements d’oreille. La gestion du stress apparaît comme un élément fondamental pour minimiser les effets des acouphènes.

En général, lorsqu’une personne souffre d’acouphènes, le corps ressent une attaque permanente, une agression chronique. Ainsi, les effets sont interminables et le corps réagit de manière physique avec de nombreux troubles associés, comme l’insomnie, l’anxiété et même la dépression. Une fois que ces réactions se produisent, elles ne font qu’intensifier l’acouphène et la personne sombre dans un cercle vicieux. Pour cette raison, il est extrêmement important pour les personnes souffrant d’acouphènes de trouver un moyen pour se détendre, minimiser leurs symptômes et lutter contre ce stress exacerbant les bourdonnements.

Bien évidemment, cela est beaucoup plus facile à écrire qu’à réellement mettre en œuvre. Néanmoins, il est très important de faire un effort pour l’atteindre. Les personnes souffrant d’acouphènes le savent très bien et s’évertuent à ne pas à stresser sachant que leurs bourdonnements s’intensifieront inexorablement.

Heureusement, il existe des moyens de diminuer son stress et le maintenir sous contrôle avant qu’il ne vous échappe.

L’un de ces moyens le plus simple et le moins coûteux consiste à pratiquer de l’exercice et à se dépenser.

Il a été prouvé que l’exercice aide vraiment les individus à se détendre, oublier ce qui les tracasse et tout simplement profiter du moment présent. Ceux qui ont des acouphènes devraient pratiquer un exercice ou une activité physique chaque jour pour se détendre, oublier leurs bourdonnements quelques temps et si tout va bien se détendre suffisamment.

Une autre bonne option pour réduire le stress est de prendre part à des exercices de yoga ou de méditation et se faire masser régulièrement.

Ainsi, les personnes souffrant d’acouphènes doivent œuvrer pour posséder un cadre de vie peu anxiogène tout en pratiquant des exercices physiques et de méditation.

90 % des patients acouphéniques voient leurs sensations de sifflements et de bourdonnements aggravés lorsqu’ils sont soumis à des situations stressantes.

Enfin, le recours à des médecines alternatives et complémentaires dans le traitement de toutes ces perturbations émotionnelles s’avère très efficace.

De nombreuses études se sont intéressées à ces thérapies alternatives. Parmi celles-ci, l’utilisation des plantes médicinales et des suppléments nutritionnels suscitent un grand intérêt. En effet, de par leur innocuité, les compléments alimentaires riches en nutriments essentiels offrent une solution « santé » naturelle à long terme pour lutter contre les acouphènes, améliorer le quotidien et lutter contre stress, anxiété et dépression.

Retrouvez un dossier thématique complet sur les acouphènes et une solution phytonutrionnelle innovante, Serenyl, sur le site institutionnel des Laboratoires BIORL : www.biorl.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>